Freins, changer le cache-poussière sur les pistons de frein


Crédits et remerciements à : imotep33
Citation :

Salut la Zone,

En voulant changer mes disques/plaquettes arrières, je me suis aperçu que mes caches poussières sont atomisés… y’en a un qui est déchiqueté, et l’autre qui est carrément absent. (Voyez par vous-même les photos plus bas…)

J’ai vaguement essayé de retirer les restes de caoutchouc sur du pire des 2. j’ai l’impression qu’il reste un morceau à l'intérieur et que je ne fais que le déchirer au raz du cylindre.

Du coup,

Question 1 : si je remonte sans les caches poussière. Il y a vraiment des risques que ça pose problème sur l’efficacité du freinage ? (Si jamais j’en viens à faire ça, au prochaine changement de plaquettes je change les piston complets…)

Question 2 : j’ai vu des caches poussières pour retaper les freins. Mais je n’arrive pas à savoir comment ça se monte. Faut-il démonter le piston pour pouvoir mettre ce cache poussière en place ?

J’aimerai éviter de toucher au circuit du liquide de frein…

Merci,

A+



Bon, voila mon petit tuto sur la restauration de mes étriers de frein AR. Pour info, il s’agit d’un T4 2.5 TDI avec jantes 15 pouce.

Lors d’un changement de disque/plaquette j’ai constaté que mon soufflet de piston était peu vaillant. J’ai donc fait le nécessaire pour remettre mes freins en état.

Il faut savoir que changer les soufflet du piston, ca implique d’enlever le piston, et donc une purge par la suite.

Je n’ai pas eu besoin d’outillage trop spécifique. Dans l’idéal il faudrait un repousse piston, mais ca se fait sans. Prévoir également une pince à circlips et une clée bien costaud et bien longue pour le revissage du support d’étrier.

J’attaque ce tuto au moment où on a déposé les disques + plaquette, démonté l’étrier de frein et son support, déconnecté et bouché les durites.

Petite astuce tout de meme pour la connexion/déconnexion du cable de frein a main :

Intercaler une clé entre le levier du frein à main et la butée. Ça permet de démonter le câble tranquillement.


Photos de l’ensemble au démontage :



Durite bouchée pour éviter une trop grosse entrée d’air dans le circuit.


J’avais bon espoir de pouvoir garder les pistons qui semblaient peu piqué, mais la suite me démontrera que c’était pas possible.


J’ai donc commencé par nettoyer le bazar à la brosse métallique.

Les zones importantes à nettoyer sur le support d’étrier sont : les supports de plaquette, les surface de contact/fixations, les portées de soufflets des coulisseaux.

Pour l’étrier de frein : (Attention à ne pas mettre de poussière métallique dans le cylindre !!) Les zones en contact avec les coulisseaux, les zones autour de la durite d’arrivée et la vis de purge, les surface en contact avec la plaquette sur les 2 griffes on face du piston, les abords du piston.

Mis à part ça, le reste peut rester « sale » c’est pas la peine de vous décarcasser à tout remettre à neuf.





Puis on passe au démontage. Attention, il s’agit des freins, il vaut mieux faire ça proprement et éviter que des poussières rentrent dans le cylindre.

- Vidange du cylindre : ouvrir la purge et renverser le tout dans un contenant. Liquide à ne pas réutiliser.

[url=https://servimg.com/view/16079067/80]
- Dépose du piston : Dévisser le piston pour le faire reculer. Il va finir par tomber de lui-même. J’ai opté pour la solution bourrin passe partout avec une pince multiprise de base…


- Inspection du piston et des joints : dans mon cas j’ai observé que le piston avais des taches de rouilles et que les joints (de section rectangulaire) avaient tourné sur eux même. Ça veut donc dire que la rouille accroche le joint… un des deux joint était même cassé. hors de question de remonter ça en l’état.




=> Commande de pistons neufs (10-20€ unité)

=> Commande d’un kit de réfection de frein : Joints piston + cache poussière + vis de purge + joints axe piston + graisse.

- Réfection du piston : il faut récupérer la mécanique de l’ancien piston et l’insérer dans le nouveau. Vous pouvez voir précisément l’ordre ET LE SENS des différents composants qui étaient présents dans le piston.

Le joint en bout de l’axe faisait partie de mon kit de restauration, je l’ai donc changé.

J’ai également nettoyé et séché les pièces avec la même méthode que pour le cylindre.




- Démontage des anciens joints.

- Nettoyage du cylindre : dans un premier temps en pulvérisant du WD40 et en essuyant pour virer les résidu de l’ancien liquide.

Dans un deuxième temps j’ai mis un peu d’acétone, secoué et aussi tôt revidé. J’ai fait ça pour évacuer toute l’eau qui aurait pu rester dans le cylindre et rincer les reste de WD40. Attention si votre étrier froid et que vous bossez en intérieur ça risque de condenser et de déposer de l’eau dans le cylindre. Il vaut mieux attendre que la température de l’étrier soit acclimaté à la température de la pièce.

- Repose du d’étanchéité carré dans le cylindre

[url=https://servimg.com/view/16079067/86]
- On vient mettre le cache poussière sur l’AR du piston et on emmanche le joint dans sa gorge avant d’insérer le piston.

à un moment donné, il faut s’arranger à mettre de la graisse entre le piston et le cache poussière, mais pas dans le cylindre. Attention, il s’agit d’une graisse spéciale qui tient à haute température, elle est livrée dans le kit de réfection. Il est hors de question (et inutile) de mettre une graisse standard qui va bouillir et s’évaporer à moins de 200°…



- on « visse » le piston dans le cylindre jusqu’au bout. Pour les bourrins comme moi qui n’ont pas l’outil adéquat, on peut faire l’opération à la pince, mais attention de ne pas pincer le cache poussière !

Pour le remontage j’ai pris soin de pincer le piston avec un chiffon afin de ne pas le rayer directement avec les mors de la pince.

Et voilà le travail :


- J’en ai profité pour également changer mes coulisseaux qui avaient un peu de jeu. Remontage avec de la graisse spécial frein également. Ils sont maintenus en place dans le support d’étrier simplement avec leur cache poussière.


Voilà c’est tout prêt à repartir pour un tour !

Vous n’avez plus qu’a remonter le disque, le support d’étrier (attention, couple de serrage de 280N.m, c’est très élevé !)

Remonter les plaquettes, remettre l’étrier en place et le serrer (serrage pas trop fort par contre, 35N.m) et surtout purger le circuit qui est plein d’air maintenant.

Je vous conseille d’inspecter les frein après quelques 10aines de Kms et après 1000km pour vérifier qu’il n’y a pas de traces de fuite et que le niveau de liquide n’a pas baissé.

En passant, lors de mon remontage j’ai mal remis les plaquettes. Elles ont un petit ressort en Y sur le dessus. Il faut veiller à ce que les 2 côtés du Y soient bien appuyés contre l’étrier. Sinon la plaquette peut bouger.

J’avais les symptômes suivants : claquement irrégulier et aléatoire sur la roue AR. Des fois sur autoroute, des fois en ville, des fois non. Ça ressemble un peu à un bruit de roue dévissée qui disparait quand on serre légèrement le frein à main.

Cette page a été vue 154 fois