SOLAIRE: Installation solaire autonome

Crédits et remerciements à : jeb
Bonjour,

Je viens partager avec vous la configuration d'une installation solaire, mise en oeuvre sur mon camion, depuis
ce week-end.
Le but étant d'être complètement autonome, même à l'arrêt pendant une longue période.

Le matériel

Le matériel décrit ci-dessous a fait l'objet d'un étude approfondie par mes camarades Chris42 et Serialg, et moi même.



Matériaux US, assemblage en Chine.
Les infos complètes ici

Panneau équipé de diodes bypass, qui assure un fonctionnement du panneau, même couvert partiellement.
(là où d'autres panneaux arrêteront de produire)

Une batterie gel à décharge lente. (Ultracell, 12V 100ah => rentre pile-poil sous le siège conducteur, sur le flanc)



Les infos complètes ici

Un régulateur solaire CTEK D250S DUAL



C'est ici que demeure l'avantage de cette installation par rapport à une autre.
Ce régulateur présente l’intérêt de pouvoir brancher 2 sources d’énergie à la batterie auxiliaire : en l’occurrence, sur nos T4 avec panneaux solaire,
on y branchera l'alternateur ainsi que le panneau.
Ce boitier saura tirer le meilleur parti de chaque 'chargeur'

Précisions (tirées de la documentation) :
Citation :
UNE CHARGE PLUS RAPIDE
Le D250S Dual est un chargeur à 5 étapes qui ajuste automatiquement la tension et l’intensité de charge en fonction de l’état de charge et de la
température de la batterie pour réduire son temps de charge. Un capteur sur le chargeur CTEK détecte la température de la batterie
et ajuste la charge requise en augmentant la tension par temps froid, ce qui garantit la pleine charge de la batterie, et en la réduisant par temps
chaud afin d’éviter les problèmes de surcharge.
Avec le D250S Dual , les propriétaires de véhicules peuvent être sûrs que leur batterie recevra toujours la tension de charge optimale, pour un
temps de charge réduit, tout en garantissant sa charge à 100 %.

CONNEXION SOLAIRE

Le D250S Dual présente l’avantage supplémentaire d’une entrée auxiliaire connectable directement à des panneaux solaires sans nécessiter
de régulateur, pour bénéficier de l’énergie gratuite du soleil. Le D250S Dual intègre une recherche du point de puissance maximum
(MPPT - Maximum Power Point Tracker) qui optimise la production de puissance des cellules solaires en utilisant automatiquement la source
d’énergie des panneaux solaires la plus efficace, puis en utilisant l’énergie pour charger la batterie.
La MPPT recherche la combinaison de tension et d’intensité des cellules solaires la plus efficace, pour s’assurer que le solaire et l’alternateur fonctionnent
à l’unisson pour maximiser la production d’énergie


La documentation complète ici.

Moteur éteint ? Le régulateur prends l’énergie sur le panneau solaire, pour charger la batterie auxiliaire, voire même de la batterie moteur.
Moteur démarré, en pleine nuit ? Le régulateur tire profit de l'alternateur pour recharger la batterie auxiliaire.
Moteur démarré, en plein soleil ? Le régulateur sélectionne la meilleur source, en fonction des consommateurs branchés sur la batterie auxiliaire.

La combinaison de ces 3 éléments permet alors une très longue autonomie.
(d'autant plus longue si on est équipé de consommateurs peu gourmands. (frigo compression, leds..) )

La mise en œuvre sur mon T4.

(grand merci à Chris42 pour conseils, soudure, schéma électrique, et j'en passe)

Tout d'abord, j'ai collé mon panneau solaire, et j'ai choisit de le coller sur le toit



Ensuite, démontage du siège conducteur et de l'embase.
Long travail minutieux, que d'identifier chaque fusible présent, chaque fil, et de tout repérer pour
savoir rebrancher correctement.
(y'a du monde, le relais 426, le chauffage stationnaire, la commande du chauffage stationnaires, les prises allumes-cigares arrières,
le néon (couplé avec la lumiere du toit stylevan))



On voit sur cette photo le relais 426, qui semble faire office de protection entre l'alternateur et la batterie auxiliaire.
On supprimera ce relais, dorénavant inutile, et on ajoutera une protection. (30A)



On découpe le socle de base sur l'embase, car la batterie ne passerait pas avec :



Confection d'un socle stable pour la batterie :





Voici ce que délivre le panneau solaire en plein soleil lors du premier test :



On replace l'embase : (notez au passage les différentes sections de câbles qui partent dans le cache arrière de l'embase, direction le porte-fusible, pour y connecter
les différents consommateurs.)



Avec le siège et la batterie:



Je profite de cette installation, pour ajouter un porte-fusible qui me permettra d'ajouter
des consommateurs divers. (prise 12V, lecteur DVD, frigo, pompe à eau, port USB.. )



J'ai choisit d'installer le régulateur CTEK sur l'embase, d'une part, pour pouvoir vérifier facilement le fonctionnement en ouvrant
la porte, et aussi parce qu'il ne gène pas du tout là.
A gauche du régulateur, j'ai placé un voltmètre, permettant de tester la batterie moteur et/ou la batterie auxiliaire, qui me laisse
constater du bon fonctionnement de mon installation.

Démonstration : (pour la suite, PS -- panneau solaire)

Moteur éteint, on sonde la batterie moteur : (voyez sur le CTEK, seuls les voyants PS et batterie sont allumés)



On démarre : (le PS, l'alternateur et la batterie aux fonctionnent, tous les voyants sont allumés)
A ce stade du test, le régulateur n'a pas encore régulé la tension des 2 batteries, car c'est le premier démarrage
moteur. (Avec une semaine de recul, mes 2 batteries ont constamment une charge assez proche)



Maintenant, le panneau solaire au soleil :



On voit mal sur la photo, mais il est affiché 14,1V, sur la batterie Aux.



Coût total de l'installation :
Le panneau solaire (avec accord AIGER) : 250 euros.
La batterie ultracell : 215 euros.
Le régulateur CTEK (là, pas de partenariat) : 220 euros.
Divers câbles, fusibles, cosses, bières : 80 euros.
Total : 765 euros.

Un vrai coût certes, mais une installation qui a de beaux jours devant elle, qui entretient parfaitement la batterie gel, respecte les
cycles de charge, et un panneau solaire qui devrait fonctionner encore bien dans 6/7 ans.
La batterie a une espérance de vie d'au moins 10 ans, surtout bichonnée par le CTEK.

Voilà les grandes lignes !
Maintenant, grosse mise à l'épreuve de cette installation, et test grandeur nature en Croatie/Slovénie.

De son coté, The_louse a aussi procédé à la même installation sur son camion, mais ira chercher les rayons de soleil
en Ecosse.
On vous fera un retour à la rentrée.

2 ans plus tard :
Ma batterie moteur (d'origine, elle a donc 13 ans) ne montre pas le moindre signe de faiblesse.
Ma batterie auxiliaire (couchée sur le flanc) non plus.
J'ai jamais été à court d’énergie, et ne prends aucune précaution pour économiser mes batteries.
Quand je vais dans les campings, je n'utilise plus jamais jamais l’électricité.

Aussi, le panneau collé sur le toit a un peu fané... mais fonctionne toujours aussi bien.
Je ne regrette absolument pas de l'avoir collé, et je me gare à l'ombre.. le panneau donne quand même
largement assez bien. (remarque à l'intention de ceux qui préfèrent un panneau déporté, à exposer au soleil, pendant que le cam est à l'ombre)

Bref, installation très efficace en mode camping/ soleil, l'été.
Installation aussi très efficace pour l'hivernage, car les batteries qui ne sont pas sollicitées sont tout de même entretenues.

A refaire, je referai !

Pour plus de renseignements ici
Cette page a été vue 263 fois